GPL contrôle technique

Sommaire

Véhicules GPL : un contrôle technique très approfondi.

On distingue différentes sortes de contrôle technique selon le type de véhicule concerné :

Le GPL : un carburant alternatif

Le GPL est un gaz de pétrole liquéfié : mélange d'hydrocarbures légers obtenu à partir du raffinage du pétrole et du gaz naturel. Il est composé de butane et de propane. On l'utilise comme carburant alternatif pour certains véhicules.

Attention ! Le GPL est à ne pas confondre avec le gaz naturel pour véhicule (GNV, anciennement GNC), qui est composé essentiellement de méthane, un autre hydrocarbure très simple.

Contrôle technique GPL : renforcé depuis 2011

Comme presque tous les véhicules, ceux qui fonctionnent au GPL, sont soumis au contrôle technique. Depuis 2011, cet examen a été renforcé et s'est adapté aux spécificités du moteur GPL.

Contrôle technique GPL : points de contrôle habituels

Le véhicule GPL est bien entendu soumis aux points de contrôle habituels d'une visite classique pour une voiture :

  • identification du véhicule ;
  • équipements de freinage ;
  • direction ;
  • visibilité ;
  • feux, dispositifs réfléchissants et équipements électriques ;
  • essieux, roues, pneus et suspension ;
  • châssis et accessoires du châssis ;
  • autre matériel ;
  • nuisances.

Bon à savoir : un nouveau contrôle technique est entré en vigueur le 20 mai 2018 (arrêté du 2 mars 2017). 9 fonctions sont testées au lieu de 10 avec 133 points de contrôle au lieu de 124. Les points de défaillances sont répartis en 3 niveaux : défaillances mineures (pas d'obligation de contre-visite), défaillances majeures (véhicule soumis à contre-visite dans un délai de 2 mois) et défaillances critiques (le véhicule n'est plus autorisé à circuler sauf le jour du contrôle, et est soumis à contre-visite dans un délai de 2 mois).

Examens supplémentaires du contrôle technique GPL

Voici les points de contrôle technique spécifiques aux véhicules GPL :

  • conformité de l'énergie mentionnée sur la carte grise (ou certificat d'immatriculation) (noté E/G) ;
  • validité de la date limite d'épreuve ou d'utilisation ;
  • fonctionnement au gaz carburant impossible ;
  • étanchéité du circuit GPL du dispositif de remplissage et des systèmes d'infections (gazeuses ou liquides) ;
  • réservoir :
    • présence de chocs, rayures ou traces de rouilles ;
    • si l'accès au réservoir n'est pas possible : contre visite obligatoire ;
  • absence de soupape (GPL) et/ou détérioration importante ;
  • pour les véhicules dont la mise en circulation est antérieure au 1er juillet 2001 : contrôle du marquage (homologation) du réservoir GPL.

Attention ! Le réservoir GPL est une cuve de gaz qui doit être testée et mise sous pression tous les 8 ans. Si le test du réservoir n'est pas concluant, ce dernier devra être remplacé.

Des centres agréés pour le contrôle technique GPL

Contrairement aux autres types de contrôle technique, celui-ci nécessite le démontage de certaines pièces comme lors de l'examen de l'étanchéité des circuits.

Il doit être exécuté par un centre de contrôle technique qui :

  • a reçu une formation spécifique (cf. notre page formation).
  • est équipé d'un matériel spécial.
  • est agréé GPL.

À noter : l'UTAC-OTC (Union technique de l'automobile, du motocycle et du cycle) qui gère tous les centres de contrôle technique en France donne les coordonnées des centres agréés.

Délais de contrôle technique et GPL : tous les 2 ans

Le contrôle technique GPL doit être effectué dans les mêmes délais que ceux d'un véhicule léger à essence.

La première visite pour un véhicule roulant au GPL s'effectue :

  • dans les 6 mois précédant le quatrième anniversaire de la date de première immatriculation ;
  • tous les 2 ans ensuite.

Aussi dans la rubrique :

La réglementation du contrôle technique

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider